Vente d'une maison à Châtenay-Malabry : les points à vérifier en cas de vente en viager

Partager sur :
Vente d'une maison à Châtenay-Malabry : les points à vérifier en cas de vente en viager

Avant de procéder à la vente d’une maison à Châtenay-Malabry par le biais du viager, prenez connaissance des éléments dont il faut absolument discuter avec l’acheteur avant l’établissement du contrat. 

Le montant de la rente

Elle peut être plus ou moins élevée en fonction du montant du bouquet. Certains vendeurs optent pour une vente sans bouquet afin de bénéficier de rentes plus importantes surtout en cas de viager occupé. 

Il faut savoir que lorsque vous optez pour un viager occupé, c’est-à-dire que vous continuez d’occuper la maison, sa valeur subit une décote de l’ordre de 25 à 50 %. À cette baisse de prix, vous devez rajouter les frais d’entretien et les impôts qui restent à votre charge en tant qu’occupant du bien. Percevoir des rentes plus importantes peut dans ce cas-là être plus intéressant lorsqu’on a une petite retraite. 

Dans tous les cas, vérifiez toujours que le montant de la rente mensuelle soit supérieur à un mois de loyer. Intéressez-vous au marché locatif de la région avant d’entamer les pourparlers. 

La libération anticipée

Ce point est relié au viager occupé. Cela signifie qu’après des années d’occupation de la maison, vous décidez finalement de déménager et de remettre définitivement les clés au débirentier. En prenant possession des lieux, la décote qu’a subie la valeur de la maison n’a plus lieu d’être. L’acheteur doit alors augmenter le montant des rentes restantes de 20 à 30 % selon les négociations réalisées. 

La libération anticipée est un terme dont il faut discuter dès le départ, car le crédirentier ne rajeunit pas et l’entretien de la maison peut lui peser au fil des ans. À tout moment, il peut décider d’aller vivre chez un proche ou en maison de retraite. Ce point lui permet alors de se libérer des dispositions prises auparavant. 

NOUSCONTACTER